ORGANISATION DE L’ESPACE

LOGO – ORGANISATION DE L’ESPACE

La vision permet une prise de connaissance de son environnement et de l’espace de façon immédiate (rapide) synthétique et globale.

Lorsque la vision est altérée, la personne malvoyante est en difficulté pour se repérer dans un lieu, retrouver ses affaires, se déplacer sans se cogner, et peut risquer des chutes (obstacles non perçus).

Il est donc important pour faciliter la vie au quotidien d’améliorer l’organisation de l’espace en tenant compte du fonctionnement propre à chacun.

DEFINITION

Organiser l’espace consiste à agencer et positionner son mobilier, ranger ses objets, orienter les lumières et optimiser les contrastes afin de favoriser la sécurité et le confort visuel de la personne malvoyante.

Il s’agit par exemple de :

  • favoriser un cheminement sans obstacle en agençant le mobilier et en restant vigilant aux objets mobiles (chaises, portes ouvertes, jeux au sol…)
  • structurer visuellement un espace en l’organisant, ou encore en augmentant les contrastes (murs, plinthes, mobilier, etc.)
  • faciliter la recherche d’objets par des méthodes de rangement, de classement, de regroupement… : panières, tiroirs, étiquettes, etc.

VIGILANCE :

L’organisation de l’espace doit être réfléchie avec la personne concernée. Il est important de modifier les repères de façon progressive et de se laisser le temps de tester ces changements pour en définir les intérêts ou désavantages.

S’il s’agit d’un environnement partagé (enfants, parents, conjoint…), il faut expliquer au préalable pourquoi ces modifications sont nécessaires, en quoi la personne est gênée. Ainsi, on peut espérer que la nouvelle organisation de l’espace soit plus respectée car comprise, mais aussi qu’elle n’entraine pas des désagréments, cette fois-ci pour les autres membres de la famille.

COMMENT FAIRE ?

La Sécurité avant tout !… Pour éviter de se heurter et de chuter, l’espace doit être pensé.

1/ Le cheminement  doit rester libre d’obstacle. Voici quelques exemples :

Des obstacles mobiles : des jeux, sacs, chaussures éparpillés sur le sol, une chaise non rangée sont autant d’éléments qui peuvent provoquer une chute. La vigilance, l’attention de chacun est nécessaire : bacs de rangements, étagères… bien placés, ils peuvent aider l’entourage à maintenir un cheminement libre.

Des obstacles en hauteur : s’il existe des mobiliers suspendus (patère, sèche mains, distributeur…) situés à hauteur de visage, il faut les contraster visuellement pour mieux les localiser. D’autres équipements (poubelles, plantes…) de même largeur peuvent être placés sous ces mobiliers pour éviter de s’y heurter. Attention ces « neutralisations » ne doivent pas changer de place (après nettoyage, les replacer exactement aux mêmes endroits).

Et les portes ! : Il est indispensable de refermer les portes des meubles après usage pour éviter de s’y cogner ; des portes coulissantes sont conseillées pour certains placards ou pièces.

2/ Structurer l’espace pour mieux le percevoir ou prévenir les dangers

Un tapis sous une table basse, un dossier de chaise contrasté, une plante verte à proximité d’un angle de meuble saillant sont autant d’éléments qui permettent de prévenir la présence d’un obstacle et ainsi anticiper un changement de direction ou un ralentissement dans le déplacement.

A chaque chose, sa place…

Une place clairement identifiée et un espace suffisant sur les étagères, des placards organisés, des tiroirs compartimentés vous permettent de retrouver plus facilement vos affaires.

L’espace peut être délimité par des contenants (boîtes, corbeilles, plateaux…) regroupant les effets propres à chaque membre de votre famille.

La personne malvoyante mémorisera mieux son organisation de l’espace si elle est associée à la démarche. Il est très important que l’entourage respecte le rangement choisi. Dans un fonctionnement familial, il faut donc réfléchir ensemble cette organisation de manière à respecter les besoins et habitudes de chacun et à optimiser son utilisation.

Spécificité de l’organisation de l’espace dans la salle de bain : quelques conseils

  • un bon éclairage de ce lieu souvent exigu et sombre (parfois sans éclairage naturel)
  • un revêtement de sol antidérapant car un sol mouillé peut être particulièrement glissant : Ex, les joints de carrelages de petites dimensions ont un caractère antidérapant. Une surface de sol régulière (réparation indispensable des descellements de carrelage…)
  • des bandes antidérapantes adhésives au fond de la baignoire ou tapis antidérapants de préférence contrastés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’espace bain ainsi qu’une protection hermétique évitant les projections d’eau sur le sol pour éviter toute glissade. Tout tapis non fixé au sol est à prescrire.
  • un rebord de douche et/baignoire contrasté pour limiter le risque de chute lors de son enjambement
  • une robinetterie facile à manipuler de type mitigeur ; les robinetteries à levier ou automatiques sont à privilégier.
  • Le risque de brûlures pourra être évité en limitant la température de l’eau chaude à 60° ou en choisissant un mitigeur thermostatique
  • des serrures pouvant s’ouvrir de l’extérieur pour secourir une personne atteinte d’un malaise ou qui aurait besoin d’une aide.
  • Si des barres d’appui murales ou un siège de douche sont nécessaires, les choisir contrastés par rapport au mur et /ou au sol.

Les installations de l’équipement électrique et d’éclairage

doivent être effectuées dans le respect des normes de sécurité.

Spécificité des escaliers :

S’il existe une marche isolée ou plusieurs marches, l’éclairage de cette zone est renforcé pour qu’elle soit mieux perçue. Une main courante peut rassurer et sécuriser le franchissement de ces marches. De plus, il est recommandé de contraster les nez de marche ainsi que les première et dernière contremarches pour mieux localiser les différents paliers.

OÙ TROUVER « l’aide ORGANISATION DE l’ESPACE »?

Aide à l’aménagement du domicile

Il est conseillé de faire appel à des professionnels spécialisés (éclairagiste, orthoptiste, ergothérapeute, architecte…) pour mener une évaluation individuelle de vos besoins et vous accompagner dans votre réflexion et vos essais.

La Maison Départementale pour les Personnes Handicapées peut vous orienter vers ces professionnels et vous accompagner dans la recherche de financement ; elle a « pour vocation d’offrir aux personnes handicapées une large panoplie de services pour répondre à leurs besoins, faciliter leurs démarches et promouvoir leurs droits ».

www.handicap.gouv.fr

www.gouv.logement.fr

www.anah.fr (Agence nationale de l’habitat)

www.anil.org (Agence nationale pour l’information sur le logement)

 Vigilance : les préconisations nommées se rapportent uniquement à la déficience visuelle. En lien avec la loi n°2005-102 du 11 février 2005 les autres déficiences (auditive, physiques, mentales, cognitives ou psychiques) doivent être prises en comptent dans les aménagements. Pensez donc à vous renseigner