GROSSISSEMENT

Les personnes malvoyantes sont souvent, en difficulté pour lire les petits caractères, reconnaître les détails d’une image, … La lecture se trouve donc entravée sur tout support tant en vision de près qu’en vision de loin : livres, courriers, relevés de banque, répertoire téléphonique, horaires et numéro de bus, nom de rue, affichages dans les gares….

Se rapprocher peut être une première manière d’effectuer un grossissement, la personne se place alors parfois extrêmement près d’un document (nez collé).

Le recours à des systèmes optiques grossissants, plus communément appelés loupes, peut être nécessaire.

Certains documents peuvent se trouver d’emblée en caractères agrandis.

DEFINITION

Le grossissement c’est l’action de rendre plus gros, d’agrandir (définition du Larousse).

Il peut s’agir d’écrire plus gros ou d’agrandir les caractères d’un document, les détails d’une image.

L’agrandissement de l’information entraîne une meilleure lisibilité du détail, mais augmente aussi la zone à explorer.

VIGILANCE :

Avant de s’équiper, des préalables sont nécessaires :

  • Un bilan ophtalmologique récent afin de s’assurer
    • que des lunettes sont à prescrire,
    • que les lunettes portées sont bien adaptées,
    • qu’elles sont compatibles avec l’utilisation d’une loupe (attention aux porteurs de verres progressifs),
    • de la capacité « de mise au point » de la personne (accommodation)
  • Une prise en compte des éventuels problèmes physiques (dos, tremblements de la main,…)
  • Un accompagnement par des professionnels pour établir le meilleur choix de matériel : demander conseil à un orthoptiste (degré et qualité du champ utile, vision des contrastes, capacités de fixation, de balayage…), à un opticien (recherche de matériel, adéquation avec les lunettes portées, qualité de fabrication, etc.).
  • Des priorités dans le choix du matériel si différents modèles sont possibles afin d’éviter l’utilisation au quotidien d’un trop grand nombre de systèmes
  • Des essais en situation réelle (domicile, travail…),
  • Une vigilance sur le degré d’endurance visuelle de la personne, sur la fatigue déclenchée par l’utilisation de l’aide.

Une fois l’aide optique sélectionnée :

  • Certains matériels nécessitent un temps d’apprentissage (orthoptiste)
  • une « bonne » installation : assise, plan incliné sur la table… mais aussi qualité de l’éclairage (éviter les reflets éventuels et les ombres autant que possible).

La demande d’aide peut être aussi une réponse pour limiter la quantité d’effort visuel au cours de la journée ou bien gagner en rapidité.

COMMENT FAIRE ?

L’exigence de la tâche à réaliser va influencer le type d’équipement de grossissement selon que cela concerne la vie : personnelle (loisirs, famille, transports, etc…), scolaire ou de formation, professionnelle, culture/voyage.

Il faut tenter de répondre à la question « j’ai besoin de grossissement pour quoi faire ? »

  • surveiller les devoirs de mes enfants sur la table de la cuisine au-dessus de leur épaule ?
  • faire de la broderie, 1h le soir, assise dans le fauteuil de mon salon ?
  • lire ce que le professeur écrit sur un tableau blanc et copier sur mon cahier ou mon ordinateur ?
  • saisir les factures de l’entreprise dans le logiciel de comptabilité ?
  • lire le menu au restaurant de manière discrète et rapide ?
  • recommencer à bricoler dans mon garage ?

La réponse sera donc variable selon les conditions d’utilisation, la durée de la tâche et son exigence (endurance, rapidité, qualité de l’information recherchée, quantité, distance…).

S’agit-il d’une information ponctuelle (numéro du bus) ou prolongée (lecture de chiffres ou textes) ?

Il conviendra de s’interroger sur la nécessité d’avoir recours à un système fixe ou transportable, ou les deux.

1/ Le grossissement physiologique / naturel- et lien avec la presbytie et les amétropies

Le premier système qui nous permet de faire de la mise au point avec une extrême précision c’est notre accommodation (grâce à notre cristallin). Il s’entraine depuis notre naissance mais notre amplitude de vision nette tend à diminuer avec l’âge (presbytie).

Si une personne malvoyante ne présente pas d’altération spécifique de son accommodation elle pourra alors recourir très spontanément à ce « grossissement » naturel en se rapprochant pour améliorer en partie sa perception (attention aux contraintes posturales notamment).

Certaines autres, malvoyantes en raison d’une très forte myopie bilatérale, utilisent leur accommodation pour améliorer leur vision de près : il n’est pas rare de les voir regarder en dehors des lunettes et se rapprocher pour un meilleur confort en vision de près.

2/ Les éditions adaptées

Ces livres (roman, bandes dessinées…), revues, journaux nommés « en grands caractères – ou gros caractères » sont des éditions présentant : une taille et police spécifiques de caractères (corps 16, 18 ou 20), sur une qualité de papier et d’impression augmentée.
Les éditions adaptées présentent aussi des ouvrages sur supports audio (CD, MP3, etc…) qui permettent de soulager l’effort visuel.

3/ Les systèmes optiques

LOUPES DE PRES :

  • A main : loupes à manche, loupes pliantes (certaines sont mixtes et peuvent aussi être posées grâce à un système de trépied), loupes éclairantes
  • Sans solliciter les mains : des loupes à support frontal (casque, clips sur lunette), des lunettes loupes, des loupes à support flexible, à pince, bras articulé, etc.

LOUPES DE LOIN : Système télescopique

  • monté sur des lunettes
  • tenu à la main et qui peuvent être utilisés avec un seul œil ou les deux (type jumelles)

Certains systèmes permettent de passer de la vision de près à celle de loin avec une petite manipulation.

4/ Les systèmes électroniques (schéma à faire plutôt que photos)

Aussi appelé « télé-agrandisseurs », les loupes numériques sont composées d’un système de vision et de divers éléments :

  • Caméra numérique noir et blanc ou couleurs
  • Objectif, à grossissement fixe ou variable
  • Logiciel d’acquisition et d’affichage
  • Écran LCD pour affichage
  • Support rigide ou réglable, aimanté ou fixe.

Elles sont envisagées à la place des loupes optiques lorsque la puissance nécessaire est > 4x, ou en que certaines fonctions sont privilégiées :

  • la personne a besoin spécifiquement d’un contraste inversé (fond noir écriture blanche),
  • le rapprochement n’est pas possible
  • la tâche ou l’installation l’impose (scolarité, poste de travail, …)
  • stabilité de l’image
  • le besoin de grossissement est variable du fait de la fatigue visuelle de la personne ou d’une évolution péjorative de sa vision
  • besoins d’options favorisant la lecture type : retour à la ligne automatique, saisie de l’image (photo), passage en mode colonne…

Le coût est toutefois bien supérieur à celui des aides optiques plus traditionnelles. D’où l’importance de bien évaluer le besoin et de tester le matériel avant tout achat.

5/ Les logiciels de grossissements :

Ils permettent de compléter les capacités intrinsèques de l’ordinateur en termes d’affichage adapté :

    • Grossissement de l’affichage (menus, messages, souris, etc.)
    • Modification des contrastes
    • Augmentation de la visibilité des curseurs…

 OÙ TROUVER « l’aide GROSSISSEMENT »?

Financements des aides optiques et équipements informatiques ou électroniques :

Pour que certains matériels puissent être en partie pris en charge financièrement, il est important qu’après avoir fait les essais, votre ophtalmologiste traitant soit associé à votre démarche. Une prescription médicale est nécessaire pour pouvoir bénéficier de certains « remboursements» : les aides optiques sont considérées comme des « aides techniques » et la prise en charge s’appuie sur des barèmes forfaitaires (Sécurité Sociale). Certaines mutuelles, selon les contrats, participent aussi à l’achat.

Selon que l’équipement soit nécessaire à titre personnel ou professionnel d’autres modes de financement peuvent être sollicités :

  • MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) dans le cadre de la Prestation de Compensation au Handicap (PCH) au titre de l’aide technique
  • L’AGEFIPH ou le FIPHFP (Associations gérant des fonds favorisant l’emploi des personnes en situations de handicap), etc…

Tout le matériel optique est le plus souvent revendu par les opticiens dont certains se sont spécialisés dans le domaine de la basse vision. Certaines associations spécialisées présentent du matériel.

Des conseillers non revendeurs existent dans certaines régions : centre basse vision, réseau de santé, équipe spécialisée, etc… ; sur orientation de la MDPH ou encore des services accompagnant les personnes en situation de handicap dans l’emploi (SAMETH – Service d’Aide au Maintien en Emploi des Travailleurs Handicapés, etc…).

A propos des éditions adaptées (listes non exhaustives) :

  • Editeurs spécialisés en gros caractères : Les Editions de La Loupe, les Editions Feryane, les Editions A vue d’oeil, les Editions Grand Caractère, les Editions Libra Diffusio, les Editions Regards d’enfants…
  • Editeurs spécialisés en supports audio : Editions VDB, Editions des Femmes, Editions Livraphone, Editions Fremeaux, Editions Le Livre qui Parle, CDL Editions, Editions Isis…